jeudi 30 octobre 2014

Il n'en fait qu'à son cœur

Quand il marche dans la montagne, il cherche les sentiers que nul promeneur n'emprunte.

Au bord de la mer, lorsque le ciel est gris et la mer agitée, quand son eau est si froide qu'elle vous saisit le ventre dans ses doigts glacés, c'est alors qu'il aime se baigner sur une plage déserte.

Il aime arpenter les rues noyées de brouillard, à l'écart de ceux qui hâtent le pas vers les coins éclairés.

Es-il fou ?

Non, il suit son chemin.

Quel chemin ? Il n'y a rien, là où il va, si ce n'est le danger ! Tout le monde fait les choses d'une façon raisonnable, pourquoi n'en fait-il qu'à sa tête ?

Là où il va, ce n'est pas sa tête qui le guide, mais bien plutôt son cœur.

Ainsi va le poète.

mardi 28 octobre 2014

Le cœur du phénix

Les résultats du concours des éditions Ipagination ont été annoncées le 20 octobre 2014. J'ai reçu le 3e prix, mon premier roman jeunesse "Le cœur du phénix" a été publié en version numérique chez Librinova.

Voici le lien pour y accéder : http://www.librinova.com/shop/melusine-chouraki/le-coeur-du-phenix

http://www.librinova.com/shop/melusine-chouraki/le-coeur-du-phenix

L'histoire de la plume


Il était une fois un ange qui veillait sur les gens dans leur sommeil. Il les protégeait des cauchemars. Malheureusement, tout service a un prix, et pour prix de cette intervention céleste, les humains avaient dû renoncer à leurs rêves.

Cependant, cet ange ne prenait guère soin de son apparence, et voilà qu'un jour, il perdit une plume qui tomba vers la terre.

Elle fit un long voyage, traversant l'espace, ballottée par les vents, fouettée par les averses, puis termina sa course dans une ville grise et polluée.

Sur le balcon d'un immeuble, accoudée à une table de jardin, une femme lisait. Sans plaisir, sans passion, car ses rêves l'avaient quittée depuis longtemps.

C'est alors que la plume effleura sa chevelure avant de se poser sur la table. Intriguée, la jeune femme posa le livre et prit la plume entre ses doigts. Sa blancheur était telle qu'elle faisait pâlir le soleil.

Les yeux gris d'ennui de la jeune femme se teintèrent de reflets verts, comme une touche d'espoir. Et comme si ses lèvres n'attendaient que ce signal, elle esquissa un sourire.

Un souffle de vent lui reprit la plume.

Songeuse, elle posa les mains sur son ventre qui abritait la vie. La future maman ne le savait pas encore, mais son enfant deviendrait un rêveur qui changerait le monde.